Stadhuis

L’Hôtel de ville de Bruges date de 1376 et compte parmi les plus anciens des Pays-Bas. C’est d’ici que la ville est administrée depuis plus de 600 ans. Un must absolu pour le visiteur : la salle gothique qui est, avec ses peintures murales de 1900 et sa voûte polychrome, une œuvre d’art magnifique. Dans la salle historique adjacente des documents originaux et des œuvres d’art évoquent l’histoire de l’administration de la ville. Au rez-de-chaussée, une exposition multimédia gratuite illustre l’évolution du Burg.

Musée

Dans la grande salle de l'Hôtel de Ville, des corbeaux originaux du 14e siècle et d'imposants portraits de souverains dominent l'espace. Le multimédia contemporain fait la clarté sur l'histoire de la construction de l'Hôtel de Ville et la place du Burg. Si l'on s'intéresse à la lutte pour le pouvoir entre le citoyen et l'administration, il faut à coup sûr visiter la Salle Gothique et la Salle Historique. Dans les vitrines, figurent entre autres les premières pièces de monnaie sur lesquelles Bruges se trouve mentionnée et des pièces d'archives comme le grand sceau ou une copie du compte rendu d'un témoin oculaire, de Galbert van Brugge.

Histoire

Après l'assassinat de Charles le Bon (1127), Bruges reçoit une charte de Ville, ce qui confère plus d'indépendance à sa politique et lui donne ses propres échevins. En 1376, l'on entame la construction sur le Burg d'une Schepenhuis (maison des Échevins). Sa construction va durer des siècles; l'on est aussi constamment confronté à un manque de place. À la fin du 19e siècle, l'architecte de la Ville Delacenserie exécute durant 20 ans de profonds travaux de rénovation (par exemple, la nouvelle Salle Gothique). Lors de la restauration de la façade en 1959, les statues se révèlent de piètre qualité et sont retirées. Jusqu'en 1989, Bruges se chamaille pour savoir comment remplir les niches vides. Finalement, la Ville demande à des sculpteurs de remettre en honneur la conception initiale, avec des personnages bibliques et des souverains laïques.